Tout l’art de dire du mal de Google

Toute société qui attire trop l’attention finit par subir des critiques plus ou moins jusitifiées de la part de chroniqueurs en mal de sensations. C’est évidemment le cas de Google.
Les reproches en question varient plus ou moins en fonction des époques et des supposées compétences de leurs auteurs et ne sont pas du tout à mettre dans les mêmes tiroirs.

– ceux concernant le respect de la vie privée : Google stocke beaucoup de vos informations et ça pose des problèmes. Ex, ils pourraient les utiliser contre vous ou à des fins commerciales qui s’avéreraient nuisibles pour vous, les transmettre aux services secrets américains, etc… L’attitude de Google a été, jusque là, exemplaire sur ce point, refusant à plusieurs reprises de transmettre des informations à l’administration américaine par exemple. Ce type d’interrogation est certes légitime, mais rien ne vient l’étayer et n’est absolument pas spécifique à Google : toute société hébergeant des informations pose ce problèmes (Yahoo, Microsoft, vos banques…)

– ceux concernant la déontologie avec le tournant « Gu Ge ». Google a accepté de censurer ses résultats pour pouvoir implanter des serveurs sur le sol chinois. Je m’étonne qu’on critique beaucoup Google alors que la société a été la dernière à plier (après Ms et Yahoo!) faute de solution de rechange : si Google refuse, ses concurrents qui ont accepté le deal prennent les parts de marché, et du coup Google n’a plus de moyen de faire entendre sa voix. Les vrais responsables sont dans cette affaire le gouvernement chinois et son chantage d’une part, l’OMC incapable de faire respecter le droit du commerce international d’autre part.

– ceux concernant les produits de Google. Google a en effet de nombreux produits dont certains sont des échecs ou des demies-réussites. Il est dans la politique de la société que de laisser vivre de nombreuses initiatives à la manière d’une couveuse de start-ups. Il est donc normal de critiquer les produits de Google qui méritent de l’être : Gmaildrive (une bonne idée) qui fait planter les machines, Google Desktop pénible à paramétrer, l’effet d’annonce Google Pack…

– ceux concernant la stratégie de Google : Google fait trop de choses, Google n’innove plus. Outre le caractère un peu contradictoire de ces deux critiques, il faut souligner leur caractère fortement subjectif. J’ai longuement débattu de la capacité d’innovation de Google sur ce blog et sur Techcrunch (qui est très fort au petit jeu du dénigrement de Google) et ne reviendrai pas encore dessus (sauf commentaires de votre part). Quant à l’aspect « Google fait trop de choses », cela me paraît logique dans le cadre de la politique d’entreprises largement assumée par ses fondateurs : l’avenir dira si c’est une bonne politique.

– ceux concernant les adwords et là… je suis entièrement d’accord surtout quand JM Leray nous l’explique si bien.