La chute de la maison Microsoft (featuring web 2.0)

Pour commencer, soyons clairs, je n’ai rien en paticulier contre Microsoft. Je crois même qu’on doit beaucoup à cette société : l’informatique a prospéré comme jamais sous sa domination et je ne suis pas sûr du tout que c’eût été la même chose dans une configuration différente… je conçois qu’on puisse avoir une opinion différente mais ce n’est pas là le débat que je veux faire (re)naître ici.

Je suis loin d’être le premier à annoncer les difficultés en cours et à venir pour Microsoft. Tim O’Reilly l’annonce dans what is web 2.0 et Jean-Louis Gassée (ancien de chez Apple et à l’origine de l’aventure BeOS) avance une théorie : Microsoft mat en trois coups.

Regardons-y d’un peu plus près : toute la force de Microsoft se trouve dans sa maîtrise absolue du desktop. Il a toujours écrasé ses concurrents successifs sur le marché (IBM, Apple, Sun, Linux…) et aujourd’hui encore personne ne semble vraiment en mesure de rivaliser. Or, dans les années 80-90 (les années PC), tout se jouait sur le desktop. Qui contrôle le desktop, contrôle les API pour les applications qui s’y implantent. Qui contrôle le desktop est indispensable et peut imposer aux fabriquants de PC d’être le système préinstallé avec lequel il faut être, quoi qu’il arrive, compatible.

La théorie d’O’Reilly et de Gassée (et certainement de bien d’autres) est qu’avec un champ de bataille déplacé sur le web, c’est à dire hors du desktop, Microsoft sera du coup privé de toutes ses armes habituelles : intégration à l’OS de ses propres outils, accords avec les fabriquants, seule plate-forme compatible avec des outils critiques pour l’entreprise ou le particulier.

Le desktop se déplace-t-il donc à ce point vers le web ?
Quelques réserves sont encore là :
– malgré Ajax, Flash et Java, une application web donnée a, la plupart du temps, encore un peu de retard sur son équivalent client en terme d’ergonomie : c’est souvent plus lent et tous les contrôles intuitifs (double-click, menu contextuel, glissé-déplacé) de l’application classique (même si tous sont théoriquement possibles) ne sont généralement pas présents.
– la 3D est encore très anecodotique sur le web, et exclut de fait beaucoup d’applications de cet univers (en particulier, les jeux).
– nombre de développeurs et de décideurs n’ont pas la culture web et pensent encore trop systématiquement application cliente face à un problème donné.
– nous sommes loin d’être connectés en permanence dans de bonnes conditions au web et beaucoup sont encore tout simplement encore exclus du réseau des réseaux.

Si le déplacement vers le web a donc bien lieu, rien ne dit qu’il sera total ou même suffisant pour retirer au desktop son caractère hautement stratégique. Mais quoi qu’il arrive, nous vivons et allons encore vivre une période dans laquelle l’intégration desktop-webtop sera décisive : le webtop arrive mais le desktop n’est pas mort… ils doivent donc se parler avec des outils tels que Google desktop !

Il est donc vrai que Microsoft n’est pas dans la meilleure dynamique aujourd’hui mais le desktop étant encore là pour quelques années, le géant de Redmond et ses milliards de dollars de trésorerie ont encore largement le temps de revenir dans la course : soit en adoptant une culture web plus tournée vers le web, ou beaucoup plus probablement en donnant de nouvelles armes au desktop (avec par exemple Windows Presentation Foundation).