L’application web d’entreprise : enfin une évidence ?

L’application d’entreprise est marché étrange où l’on trouve à la fois une terrible inertie des vieilles habitude et un pérpétuel intérêt pour l’innovation. Face à cette situation paradoxale, les DSI cherchent le plus souvent à être rassurés quant aux technologies de leurs applications stratégiques : si bien que le choix se fait plus sur l’éditeur de la solution, que sur la solution en elle-même. En fonction de leur profil, les décideurs peuvent donc pencher pour l’éditeur à la plus grande renommée (Oracle, Microsoft, SAP…) ou celui dont ils se sentent le plus proche (en fonction de leur parcour personnel et de leurs a priori technologiques).

Dans ce contexte, on peut dire que l’application web ne s’est pas imposé dans un premier temps pour des raisons culturelles. Malgré tout, sa percée dès la fin des années 90 dans les entreprises reste assez remarquable étant donné les contraintes de l’époque : tarifs élevés, maîtrise de la technologie limitée, débits plutôt faibles, richesse d’interface quasi-nulle. Le web fut donc suffisamment hype et ses avantages déjà assez évidents pour ouvrir une première brèche dans la forteresse de l’application d’entreprise alors tenue par le client ultra-léger (mode texte) et le client lourd (client/serveur).

Ses avantages, est-il vraiment besoin de les rappeler ? Un petit retour aux bases ne fera de mal à personne : portabilité, déploiement, maintenance, possibilités de nomadisme. Autant de facteurs qui ont rendu très tôt le web la plupart du temps globalement plus économique que ses équivalents habituels.

Aujourd’hui, la culture web est là et bien là. Une nouvelle génération de dirigeants imprégnés de celle-ci peut désormais « penser web » alors que la plupart des obstacles d’hier sont désormais levés : la technologie est maîtrisée, les interfaces se sont enrichies, les infrastructures améliorées, les coûts ont brutalement baissé suite à l’éclatement de la bulle 1.0… bref : plus rien ne semble empêcher l’avènement de la plate-forme web pour tout nouveau projet.

C’est d’ailleurs ce que je constate à titre personnel : 90% des projets d’entreprise qui me sont soumis sont web ou le deviennent après quelques discussions. Je constate le même phénomène chez des confrères qui eux non plus ne viennent pas spécifiquement du monde du web.

Il subsiste néanmoins encore 2 résistances au web pour les applications d’entreprise :
– la première vient de la nécessité de la communication permanente : le web ne met pas encore à disposition de ses utilisateurs de solutions de cache local permettant d’utiliser l’application en mode déconnecté (le « Smart Client » comme l’appelle Microsoft). Google desktop search apporte sur le sujet une solution intéressant avec son serveur web embarqué lors de l’installation.
– la seconde vient des outils bureautiques omniprésents dans l’entreprise et où seul Microsoft apporte aujourd’hui des solutions d’intégration satisfaisantes.

On retrouve dans un cas comme dans l’autre le problème de la fameuse et nécessaire intégration webtop / desktop maintes fois évoquées dans ces pages… et je vous encourage, si le coeur vous en dit, à évangéliser sur le sujet, qui, de mon point de vue, est encore trop largement mésestimé.