OpenID s’impose comme référence de l’identité numérique

La gestion de notre identité à travers les différents services de l’internet est un des problèmes non résolus qu’avait évoqués oncle Tim O’Reilly dans « what is web 2.0« . Petit rappel du problème en question par exemple tout bête…

JB Boisseau est terriblement jaloux du talent et du succès de Fred Cavazza et décide de se venger de ce sale coup du destin en usurpant l’identité de ce dernier.
Comment ? Rien de plus simple : il lui suffit d’aller sur le blog de Loic Lemeur et d’y décharger un flot d’insultes… en signant « Fred Cavazza ». N’ayant pas de moyen d’identifier clairement la personne en question, le machiavélique JB Boisseau réussira à déboussoler les internautes 2.0 de passage aisément et ce, potentiellement sur une grande quantité de services.

D’un autre côté, le bon Fred aimerait bien pouvoir bénéficier d’un « single sign-on » sur la toile lui permettant d’accéder à tous ses services avec une seule authentification… chose qu’il lui ferait gagner un temps précieux.

Bien des services ont tenté de s’imposer en tant que standard dans le domaine (où, par définition, il ne peut rester qu’un acteur) et il semble qu’un vainqueur soit en train d’émerger. Le vainqueur en question, serait donc OpenId. Les raisons en sont les suivantes :
– AOL a annoncé à la suite de Microsoft être prêt à utiliser OpenId pour l’authentification à ses services.
– Plusieurs sites web de référence (Digg, Technocrati, MovableType…) ont adopté le système
– Les fournisseurs d’OpenId sont à la fois nombreux et influents : Verisign, JanRain, Sxip, MyOpenID.com..

Bref, si certaines questions se posent encore sur la capacité technique d’OpenId de jouer pleinement son rôle, ce dernier est à ce jour bien mieux que placé que les autres pour remporter la bataille.