Krach 2.0… la prophétie se réalise-t-elle sous nos yeux ?

Au mois de février, j’avais émis l’hypothèse d’un krach dans les 18 mois… et l’actualité financière internationale nous amène à nous y pencher à nouveau très sérieusement.

Petit rappel : le krach 2.0 est fort différent de celui de 2001 qui se concentrait sur le secteur IT et qui contamina marginalement les autres secteurs. En effet, ce sont les fondamentaux de l’économie américaine qui devraient cette fois entraîner la chute de plusieurs secteurs : l’immobilier et la finance dans un premier temps, les secteurs de l’économie les plus sensibles aux secousses dans un second temps.

J’avais dit que le premier domino à tomber serait celui de l’immobilier américain (son déclin a même débuté en 2006) et qu’il entrainerait ensuite celui de la finance : c’est aujourd’hui chose faite. Les principaux indices boursiers ont en 2 semaines quasiment perdu les gains accumulés tout au long de l’année 2007, le dollar n’en finit pas de tomber, les taux d’intérêt remontent, des sociétés de crédit américaines font faillite… il y a donc bel et bien un « choc financier » consécutif au « choc immobilier ».

La suite logique serait donc l’amplification du choc financier et la contagion au reste de l’économie (et en particulier au secteur IT, très sensible aux secousses)… mais les choses ne sont évidemment pas aussi simples ! Il est difficile de dire quelle sera l’intensité du choc financier (on pourra probablement en juger à la fin du troisième trimestre). Parce que si un véritable resserrement du crédit est en train de se produire (ce qui est plutôt mauvais pour la finance), la bourse a aussi de bonnes raisons de bien se porter.

Les sociétés côtées affichent pour la plupart des bénéfices importants et ont bien rempli leurs caisses depuis les pertes record enregistrées entre 2001 et 2003. Elles ont donc de quoi supporter un éventuel « trou d’air » de la consommation des ménages d’une part et peuvent d’autre part soutenir l’économie par leurs investissements dans une telle période.

Il existe aussi une autre possibilité face à cette situation : tout le monde panique, bloque les investissements devant la chute de la consommation des ménages américains, le prix de l’argent continue à monter et l’économie occidentale entre dans une phase délicate pouvant aller jusqu’à la recession.

Rendez-vous donc en septembre pour la chute (ou non) du prochain domino du krach 2.0…