Bilans, prévisions et autres joyeusetés

J’adore jouer les madame Irma du web et raconter ici ce qui peut se passer demain sur la toile. Comme les prévisions sont faites pour être démenties, regardons un peu ce qu’il est advenu de celles faites par votre serviteur :

1- la chute de l’action Google

Prédite le 11 novembre, la chute annoncée ne s’est pour le moment pas produite. La course en avant a par contre été stoppée et le cours semble désormais s’inscrire dans un canal légèrement descendant. Je disais le premier mai 2006 de l’action que le cours me semblait un peu surévalué : il était alors de 418 dollars ! Je disais dans le même article que la valeur de rachat de Skype me paraissait trop élevée : les dirigeants d’eBay m’ont donné raison cet été sur le sujet… c’est déjà ça ! Plus sérieusement, je vois bien le cours de Google finir l’année 2008 autour entre 400 et 450 dollars (on en est à 702 aujourd’hui), et c’est d’ailleurs directement en lien avec la prédiction suivante.

2- le krach 2.0

Evoqué en février 2007, avant même le frisson asiatique de mars, et bien avant les sueurs froides américaines de l’été, le krach n’a pas eu lieu. J’avais dit début août que l’on y verrait plus clair en septembre : en réalité, la baisse brutale des taux directeurs par la Fed a plutôt brouillé les cartes qu’éclaircit quoi que ce soit ! Là encore, la prédiction (qui donnait en février 18 mois au crack pour se produire) n’est pas encore arrivée à échéance. Concrètement, ça pourrait donner une récession aux Etats-Unis au premier semestre et une baisse continue des indices boursiers sur 2008.

3- les prédictions relatives aux RIA

J’ai prédit bien des choses concernant les RIA, notamment le fait qu’elles seraient la technologie majeure de demain ou encore leur convergence progressive. Voilà une prédiction à la fois difficile à vérifier et dont l’échelle temporelle dépasse largement ma pauvre mémoire. Les RIA étant encore dans leur phase d’émergence, je me garderais de pronostics chocs sur le sujet… mais vous renvoie pour cela vers l’excellent Universal Desktop qui traite à merveille de la question.

Globalement, je crois que 2008 va marquer le début d’une nouvelle mutation pour le web, un peu à la manière de la funeste année 2001. Les difficultés économiques seront l’occasion de mettre en valeur les modèles qui fonctionnent et d’éliminer les autres : accrochez-vous !