HTML5 est-il prêt ?

Alors que nous en parlons sur ce blog depuis 2007, HTML5 est devenu cette année une technologie incontournable dans les medias plus ou moins spécialisés. A juste titre ? Pas si sûr…

Où en est la norme ?

La période « Last Call » s’est terminée le 3 août. Cela signifie donc qu’on ne devrait plus voir de changements très importants dans la norme à l’avenir.

Quand cela sera-t-il terminé ?

La question, bien que légitime, n’a pas vraiment de sens ni d’importance dans le cas d’HTML5. D’un point de vue officiel, cela sera le cas quand 2 navigateurs supporteront 100% de la norme de manière interopérable… ce qui n’est, semble-t-il, jamais arrivé pour HTML 4 !

Quand pourrais-je m’en servir ?

Là encore, question légitime… mais sans véritable signification pour le moment ! Il ne faut pas considérer HTML5 comme un tout monolithique vers lequel il faudrait migrer du jour au lendemain, mais plus comme d’un ensemble de fonctionnalités dans lequel il est possible de piocher. La bonne question serait donc « telle fonctionnalité de HTML5 est-elle mûre pour telle utilisation ? ».

Comment savoir quelles fonctionnalités sont utilisables dès aujourd’hui ?

En testant les navigateurs cibles sur le site HTML5 Test  (il existe également des tableaux de comparaison mais c’est en général, moins à jour et moins sûr). Vous êtes en effet dépendant des navigateurs qu’utiliseront vos visiteurs… sachant que chaque navigateur supporte des fonctionnalités HTML5 différentes, ce n’est pas forcément simple.

Etant donné qu’IE8 ne supporte presque rien, autant faire une croix sur HTML5 pour le moment, non ?

C’est souvent vrai mais pas toujours. HTML5 peut vraiment valoir la peine dans certains cas…

Quand HTML5 vaut-il la peine d’être mis en place ?

  1. Quand vous développez un site pour Smartphone ou tablette : la plupart des navigateurs de ces plate-formes supporte un grand nombre de fonctionnalités.
  2. Quand vous travaillez sur une application où vous pouvez imposer un navigateur à vos utilisateurs (c’est par exemple parfois possible en contexte d’entreprise).
  3. Quand vous proposez une version alternative du site (ou de la portion de site) pour les navigateurs ne supportant pas les fonctionnalités HTML5 que vous utilisez.
  4. Pour faire de petits développements d’applications mobiles avec des frameworks tels que Phonegap : je parle bien là d’application à installer, pas de site mobile.